Mission : Événement estival annuel, les Rencontres font découvrir la création photographique contemporaine et son actualité en occupant un territoire : la Gaspésie. Il y déploie une série d’expositions et d’installations, des événements publics conçus comme un espace de réflexion et d’initiation ainsi qu’un programme de résidences d’artistes et d’échanges avec des festivals d’autres pays.

RENCONTRES – ÉDITION 2019

Nous célébrons cette année nos 10es Rencontres en revenant à leur fondement : la rencontre.

Au cœur de notre événement, les rencontres tissent des liens, réduisent les distances, rapprochent les œuvres et ceux qui les créent. Chaque édition est intimement liée aux aventures artistiques et aux territoires qui forment un grand parcours d’exposition de 800 kilomètres, autour de la Gaspésie.

RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA PHOTOGRAPHIE EN GASPÉSIE

En inventant les Rencontres, nous avions le devoir d’innover et de nous démarquer des autres événements en arts contemporains. Pour défendre la photographie, son langage et ses différentes esthétiques, nous avons mis en place un dispositif sur plus de 800 kilomètres, ce qui représente une vingtaine de lieux (intérieurs et extérieurs) dans 17 municipalités et parcs nationaux. Les expositions et installations que nous présentons en extérieur s’intègrent au territoire, aux lieux, aux bâtiments. Nous participons à l’identité du territoire tout en proposant une façon unique de le visiter.

Le concept des Rencontres réside dans l’interdépendance des artistes avec notre territoire, dans la rencontre entre la population et les artistes, mais aussi dans l’interaction entre les œuvres, le territoire et le public. Chacun de ces différents acteurs participe ainsi au processus de création que nous souhaitons promouvoir.

Notre vision : Faire découvrir la création contemporaine, son langage, ses codes et ses différentes esthétiques en occupant notre territoire : la Gaspésie.

Notre engagement : Défendre le travail de l’artiste, de favoriser son rayonnement et l’avancement de la discipline. Le développement de public, le réseautage sont au cœur de nos actions.

HISTORIQUE

Une première mission photographique en lien avec un territoire et sa population, intitulée le Parcours du point de vue, a été créée en Gaspésie en juin 2009. Celle-ci a donné naissance à dix installations réparties sur le territoire, issues des résidences de cinq artistes invités. C’est dans cette foulée que les Rencontres ont vu le jour en 2010.

Au fil des ans, nous avons franchi des étapes et conclu des ententes afin d’inscrire notre événement dans un vaste réseau consacré aux arts visuels, suivant l’objectif d’offrir de nouvelles plateformes de création et de diffusion aux artistes. Nous souhaitons soutenir la création contemporaine et tisser des liens durables avec les visiteurs. Le développement du public et la circulation des œuvres sont d’ailleurs au cœur de nos actions.

Chaque édition des Rencontres est l’occasion d’aborder différentes écritures artistiques à travers des activités telles que des résidences d’artistes, des rencontres avec le public et des activités en milieu scolaire. Notre apport au développement de la discipline se confirme lors des tables de réflexion et d’échanges que nous organisons entre les artistes et le public.

Dès notre 2e édition, nous avons dressé un bilan fort positif, chiffres à l’appui. Selon l’Étude d’achalandage, de provenance et de retombées économiques effectuée par SEGMA Recherche, l’édition 2011 a en effet cumulé 113 062 visites des expositions et installations photographiques dans les 13 municipalités-hôtes, générant des dépenses directes totales de 9 668 456 $ en Gaspésie. En 2015, les Rencontres ont reçu la visite de plus de 70 000 personnes sur l’ensemble des expositions, pour un total de 210 000 visites d’exposition.

Pour 2016, nous avons annoncé deux nouveaux partenariats. Le premier a été conclu avec la municipalité de Caplan, et le second avec le parc national de la Gaspésie. En 2017, ce parc est toujours partenaire de l’événement aux côtés des parcs nationaux de Forillon et de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé.